TUNIS 3ème EDITION 2018

TUNIS 3ème EDITION 2018 (5)

mardi, 04 décembre 2018 13:04

Note Conceptuelle CIFP TUNIS 3ème Edition 2018

Written by

CONFERENCE DES INSTITUTS DES FINANCES PUBLIQUES, 3ème EDITION

 Tunis, du 17 au 19 décembre 2018

Les instituts des finances dans l’accompagnement des réformes financières des Etats et des collectivités locales 

  1. Contexte

La mise en œuvre des réformes des Etats et des collectivités locales s’accompagne d’un renforcement des capacités des agents et notamment de programmes de formation auprès des institutions publiques. Les pays mettent alors en place différents types de programmes de formation soit au sein des Directions impactées par les réformes,  soit au sein de structures dédiées  à la formation pour mener au mieux les réformes. Dès lors qu’ils existent, les instituts de finances ont  une place privilégiée au cœur des réformes et participent à la conduite du changement sur le plan institutionnel, organisationnel et humain. Les formations ont un impact important tant sur le démarrage que sur la durabilité  des réformes.

Par ailleurs, la prise en compte enjeux liés au  genre et des inégalités sociales dans les politiques publiques des Etats  a fait l’objet d’un intérêt croissant dans les pays au cours des dernières années. Cette prise de conscience s’est fondée sur l’efficacité des politiques publiques lorsqu’elles ciblent les facteurs à l’origine des inégalités entre les hommes et les femmes  et les causes de vulnérabilité de certaines populations. En Afrique, la commission de l’Union Africaine a récemment élaboré une stratégie en matière de genre qui s’appuie sur le 6ème pilier de l’agenda 2063 et compte faire du continent « une Afrique dont le développement est axé sur les populations, qui s’appuie sur le potentiel de ses populations, notamment celles des femmes et des jeunes ».

Toutefois, les politiques de  lutte contre les inégalités de genre et d’accompagnement des populations vulnérables mises en place à ce jour n’ont pas encore entraîné l’impact escompté en termes d’amélioration des conditions de vie des populations. En effet, malgré les efforts fournis dans la planification du développement par nos Etats, la déclinaison des plans de développement en programmes n’inclut pas des mécanismes automatiques permettant de toucher de façon directe les bénéficiaires visés.

Ainsi, lorsque le financement des programmes de développement est effectif, il ne bénéficie pas suffisamment aux cibles. En réponse à ce constat et pour agir contre les risques d’accroissement des inégalités, de  nombreux Etats comme le Maroc, l’Espagne et d’autres, ont développé des mécanismes de budgétisation dits « sensibles au genre ». Ces mécanismes impliquent de concevoir les budgets publics en y intégrant des objectifs de réduction des inégalités et d’accompagnement des populations vulnérables.

Seulement, le concept de budgétisation sensible au genre (BSG) n’est pas suffisamment connu dans nos Etats. Les échanges restent théoriques et peu centrés sur les responsables de la gestion quotidienne des finances. Pourtant, la formation et la sensibilisation pourraient être des pistes favorables à la dissémination rapide de ces techniques auprès des acteurs financiers.

Dès lors, la troisième édition de la Conférence internationale des Instituts des Finances Publiques (CIFP) entend notamment mettre l’accent sur le développement des stratégies de formations et de sensibilisation des acteurs de la finance en techniques de budgétisation sensibles au genre.

  1. Thèmes centraux

Le rôle des instituts des finances publiques dans l’accompagnement du changement dans les réformes de l’Etat et des collectivités locales.

L’approche « genre en finances publiques » : état des lieux, enjeux et perspectives pour une amélioration du rôle des instituts de formation en finances publiques. 

  1. Objectifs de la conférence
  • Objectif général

Réunir la communauté internationale des acteurs de la formation en finances publiques autour du développement des stratégies de formation dans le cadre des réformes des finances publiques et de sensibilisation adaptées aux acteurs de la gestion des finances publiques.

2.2    Objectifs spécifiques

  1. La détermination du rôle des instituts des finances pour accompagner les réformes financières des Etats et collectivités territoriales
  2. La définition du concept et des approches de budgétisation sensible au genre et partage des expériences positives en matière de budgétisation sensible au genre  dans le monde ; contribuer au débat international sur la prise en compte des inégalités de genre et inégalités sociales en général 
  3. L’intégration d’une plus-value significative dans les modes de formation sur la budgétisation sensible au genre
  1. Résultats attendus
  • Structurer les interventions des instituts des finances en matière de conduite du changement des réformes financières
  • Adopter une stratégie de formation et de sensibilisation des acteurs de la gestion des finances publiques des Etats et collectivités locales
  • Partager les expériences sur les approches de budgétisation sensible au genre et constituer un plaidoyer au niveau continental pour le développement des actions de formations et de sensibilisations sur la budgétisation sensible au genre.

Lieu de la conférence

Hôtel Karthago  Le Palace complexe Cap Gammarth Les Côtes de Carthage, Tunis, Tunisie

  1. Programme

 

Dimanche 16 décembre 20H  Accueil des délégations salle de confErence de l’hotel

LUNDI 17  decembre 2018 - Rencontre des Instituts des Finances (sur invitation)

9h30 à 10h30

-Présentation de l’Institut des Finances de Tunisie - Tunisie

-Présentation du Réseau des Instituts des Finances et récapitulatif – Maroc

-Etude sur les instituts de formation en matière de finances publiques  - Expertise France – France

Pause -café

11h à 13h00

 

Assemblée générale constitutive du Réseau des Instituts des Finances Publiques

-Rappel des lignes directrices de la chartre

-Statuts des membres

-Financements

-Conférence CIFP2019

-Nouveaux membres

Pause-déjeuner

14h30 à 18h

Visite culturelle

20h

Diner officiel

MARDI 18 decembre 2018 - Conférences thématiques & ateliers

9h30 à 10h30

Cérémonie d’ouverture

-Allocation du Ministère des finances de Tunisie

-Allocution de l’Ambassadeur de l’Union européenne de Tunisie

-Allocution du Président du réseau des instituts des finances, Directeur des affaires administratives et générales au ministère des finances du Maroc

- Allocution d’Expertise France par la Directrice adjointe du département de gouvernance économique et financière

- Présentation des travaux   par le  Directeur de l’Ecole Nationale des finances de Tunisie

 

 

Pause-café

11h à 13 h

-Atelier 1 : Le renforcement des capacités en matière des finances publiques pour l’accompagnement du processus de décentralisation              

Président       : Tunisie

Intervenants : Maroc, France, RDC, Mali

-Atelier 2 : Management des réformes financières de l’Etat et conduite du changement

Président       : France

Intervenants : Maroc, Cameroun, Sénégal, Mauritanie

 

Pause-déjeuner

14h00 à 18h00

Atelier 1 : le rôle  des instituts publics de formation dans l’accompagnement du processus de décentralisation

Président : France

Intervenants : Côte Ivoire, Burkina, CEMAC, UEMOA

Atelier 2 : L’approche genre  au sein des instituts des finances

Président       : Tunisie

Intervenants : Maroc,  Maurice, France, Sénégal

 

Dîner de gala

MECREDI 19  DECEMBRE 2018 – Conférences Thématiques & ateliers

9h30 à 12h30

 

 

-Restitution des ateliers

-Déclaration des Instituts et Ecoles du CIFP

-Discours de clôture

 

 

  1. Contacts

ENF/Tunisie : Abdelkader Labbaoui

PSSFP/Cameroun : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

IDF/Maroc : Sonia Hamamouch

Expertise France/France : Joëlle Loyer

 

En visite de travail au Cameroun, Mme Loyer Joëlle a été reçue par le président du Comité de pilotage du PSSFP, M. Basahag Achille Nestor, elle était accompagnée de M. Bouvet Marc de la coopération française. La rencontre s’est tenue dans le cadre de la préparation de la 3ème édition de la Conférence des instituts des finances publiques d’Afrique (CIFPA).

Accueil de Mme Loyer par M. Basahag Achile

L’ordre du jour a porté sur trois points :

  • L’élaboration des documents techniques ;
  • La finalisation du site dédiée à la 3ème édition ;
  • Le financement de la conférence ;
  1. Élaboration des documents techniques

Concernant l’élaboration des documents de travail, les concernées se sont accordés sur la nécessité de l’élaboration rapide des documents techniques tels que la note conceptuelle et l’agenda de la conférence.

À cet effet, il a été souhaité que le bureau de la conférence se saisisse de cette activité en lien avec les responsables de l’Ecole nationale des finances de Tunisie. La thématique initialement abordée porte sur: la budgétisation sensible au genre et le rôle des acteurs de la formation en Finances publiques.

Par ailleurs, il a également été souhaité que les actes de la conférence du Maroc soient publiés et diffusés au sein du réseau. Les responsables l’Institut des finances du Maroc devraient se charger de cet aspect.

Pour finir, les membres présents se sont accordés de la nécessité de préparer des listes de participants pour l’envoi des correspondances. 

En pleine séance de travail

  1. Finalisation du site de la 3ème édition

Concernant le site internet de la troisième édition, des orientations ont été données sur le contenu du site. L’équipe du PSSFP s’est dite disposée à présenter une version perfectible dans un délai de deux semaines. Le site devrait comporter des éléments des éditions précédentes. Il mettra principalement l’accent sur la troisième édition de la conférence. Les membres du réseau et le bureau de la conférence devraient également y figurer.

  1. Financement de la 3ème conférence

 

 Concernant le financement de la troisième édition de la CIFPA, les discussions ont porté dans un premier temps sur le déplacement des Etats. Mme Loyer a dit pouvoir approcher certains bailleurs pour le cas des Etats qui présenteraient des difficultés. Toutefois, sa démarche reste conditionnée par l’élaboration des documents techniques. Par la suite les discussions ont porté sur le partenariat avec ONU-Femme qui avait apporté un appui considérable à la 2ème édition. Sur ce point, M. Basahag a dit se rapprocher des responsables du Maroc pour avoir plus d’informations dans la mesure où ils sont suffisamment avancés.

A la fin de ces échanges riches, les participants ont émis le souhait d’instituer un cadre hebdomadaire d’échanges entre les organisateurs pour la préparation de la conférence. La cadre adéquat s’est avéré être la tenue des conférences téléphoniques auxquelles prendraient part Expertise France, le PSSFP de Yaoundé, l’IDF du Maroc et l’ENF de la Tunisie.

Plus aucun point n’étant à l’ordre du jour, les participants ont posé avec joie pour une photo de famille.

Suite à la création à Marrakech en novembre 2017 du réseau des Instituts des Finances Publiques d’Afrique, une première rencontre des membres du bureau et des coordonnateurs dudit réseau a été organisée les 8 et 9 mai 2018 à Rabat par le Secrétariat Général du réseau, assuré par l’Institut Des Finances du Maroc (IDF), pour définir les lignes directrices de la vision stratégique du réseau, discuter le plan d’action à court et moyen terme et préparer la 3ème  édition de la Conférence des Instituts des Finances Publiques prévue en décembre 2018 en Tunisie.

La rencontre s’est déroulée selon l’agenda, ci-dessous :

Mardi 8 mai 2018

Présentation d’une ébauche de vision stratégique et d’une proposition de plan d’action 2018-2021

Discussion des Actes de la CIFP 2017

Etat d’avancement des préparatifs de la CIFP 2018

Discussion et validation de l’Accord-cadre de partenariat pour la mise en place d’un master PPP entre l’IDF, l’ENAREF[1] et le PSSFP

Mercredi 9 mai 2018

Signature de l’Accord-cadre de partenariat

Réunion avec l’Agence Marocaine de Coopération Internationale

Réunion à la Direction des Affaires Africaines, Ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale

 

La rencontre a été présidée par M. Hakim Firadi, Directeur De l’Institut Des Finances du Maroc à laquelle ont pris part :

Coordonnateurs et membres du bureau de la CIFP

·   Mme Caroline Ndendé, Vice-présidente du Comité Scientifique du PSSFP[2] et représentante du vice-président du réseau

·   Mme Joëlle Loyer, Directrice Adjointe du Département de la Gouvernance Economique et Financière de Expertise France et Coordonnatrice Caraïbes et Moyen Orient

·   M. Abdelkader Labbaoui, Directeur Général de l’Ecole Nationale des Finances de Tunisie, Vice-Président du réseau et Coordonnateur Afrique du Nord

·  M. Gervais Banza Ilunga, Directeur des Etudes à l’Ecole des Finances Congo-Kinshasa et Coordonnateur Afrique Centrale

·   Dr Amadou Nébila YARO, Directeur de l’ENAREF et Coordonnateur Afrique de l’Ouest

Représentants de l’Institut Des Finances du Maroc

·   M. Khalid El Assali, Chef de Division Responsable de l’Institut Des Finances

·   Mme Ouahbia Hamdaoui, Chef du Service de la Mise en Œuvre et du Suivi de la Formation

·   Mme Malak Sbiti, Cadre à l’Institut Des Finances

 

 

[1] Ecole Nationale des Régies Financières du Burkina Faso

[2] Programme Supérieur de Spécialisation en Finances Publiques du Cameroun

mercredi, 05 septembre 2018 16:06

Vision stratégique et plan d’action prévisionnel :

Written by

 

  1. Hakim Firadi a présenté la vision stratégique et le projet de plan d’action sur la période 2018-2021 dont ci-après les grandes lignes.

L’orientation stratégique doit œuvrer pour la mise en place d’une plateforme de mutualisations, de synergies, de coopération et de dialogue interculturel permettant le renforcement des capacités des acteurs régionaux de la gestion des finances publiques avec des impacts sur la modernisation de l’action publique.

La vision se décline en 4 axes stratégiques principaux :

  1. Le positionnement du réseau et son rayonnement régional et international ;
  2. Le développement du réseau, sa consolidation et sa pérennité ;
  3. La promotion du dialogue et du partage entre les membres du réseau;
  4. La recherche de l’innovation et la valorisation du savoir.
  1. Positionnement du réseau et son rayonnement régional et international :
  • Ouverture sur les réseaux similaires régionaux et internationaux : GIFT-MENA, UCGLAfrique, CAFRAD, Réseaux méditerranéens, OCDE,…
  • Promotion du partage des expériences avec les paires
  • Echange de l’expertise internationale
  • Coopération technique triangulaire
  • Renforcement de la communication institutionnelle
  1. Développement, consolidation et pérennité :
  • Institutionnalisation du réseau : statut juridique pour assurer une viabilité financière et négocier les financements
  • Elargissement du réseau à d’autres membres
  • Assurer la viabilité financière
  1. Promotion du dialogue et du partage :
  • Création d’un espace ouvert pour tisser des liens de coopération (e-communauté,…)
  • Valorisation de la complémentarité dans l’échange
  • Création de synergies entre les institutions de formation
  • Pré valorisation de l’écoute et réactivité aux besoins
  1. Recherche de l’innovation et la valorisation du savoir
  • Offre de services innovants et productifs
  • Capitalisation sur les premières offres de service
  • Promotion des activités de recherche scientifique
  • Renforcement des études et de l’expertise technique

Le plan d’action proposé pour la période 2018-2021 s’inscrit dans la lignée des recommandations de la première et de la 2ème conférence des instituts des finances publiques tenues respectivement en 2017 et 2018 à Yaoundé et Marrakech et repose sur les projets phares qui sont :

  • La Conférence annuelle des instituts
  • La rencontre annuelle des coordonnateurs
  • Les cycles de formations pour le renforcement des capacités
  • La promotion de la coopération sud-sud
  • La promotion et le montage des partenariats
  • La recherche, les publications, l’accès à l’information et la capitalisation du savoir
  • La Communication

Les coordonnateurs ont été invités à réfléchir à un acronyme et à donner leur avis à la vision proposée. Les principales questions soulevées ont concerné les statuts juridiques, le financement des activités du réseau, la sensibilisation des pouvoirs publics et des décideurs sur l’importance de l’institution, la recherche et les publications, le rôle des coordonnateurs, la formation des formateurs, le statut des membres, l’évaluation et le suivi des réalisations, le code déontologique du réseau et le site web.

  1. Les statuts juridiques :

Il est nécessaire d’engager une réflexion sur l’élaboration des statuts juridiques et d’examiner l’opportunité du rapprochement du réseau à une entité régionale ou internationale pour assurer la pérennité du réseau et permettre la levée de fonds.

  1. Le financement :

Le comité a proposé la constitution d’une commission ad-hoc pour étudier les possibilités de financement structurels des activités régulières du réseau (études, recherches, publications, logistique…) en fonds propre à travers la contribution des membres selon des critères à définir et la possibilité de mobilisation de ressources potentielles via des bailleurs de fonds pour assurer le financement d’activités ponctuelles telles que les conférences, les cycles de formation, l’échange de visites et l’expertise technique.

A cet effet, la commission sera chargée d’identifier les bailleurs de fonds potentiels et déterminer les stratégies de démarchage, notamment, à travers, la présentation de programmes ou de projets concernant des sujets qui susciteraient l’intérêt des bailleurs de fonds. Une première liste des bailleurs pourrait inclure l’Union Africaine, l’Union Européenne, la CEMAC, l’UEMOA, la SADEC, la BAD, le PNUD, la BEAC, ONU Femmes.

  1. La sensibilisation des pouvoirs publics et des décideurs :

Pour que le réseau ait la légitimité et la crédibilité pour négocier des projets, il faut veiller à assurer l’adhésion des pouvoirs publics et des organes de décision. Aussi, il y a lieu de sensibiliser les ministres des pays respectifs sur l’importance du réseau en les informant des réalisations et des actions prévisionnelles par l’envoi des actes   des 2 précédentes conférences, de la charte du réseau signée à Marrakech, et de tout autre document appuyant la légitimité de l’institution.

  1. La recherche et les publications :

Les instituts des finances doivent se positionner comme acteurs dans la recherche et réfléchir sur les moyens à mettre en œuvre pour contribuer à l’amélioration  de la gestion des finances publiques.

  1. Le rôle des coordonnateurs :

Le rôle des coordonnateurs doit être défini d’une manière précise pour qu’ils puissent assumer les missions qui leurs sont confiées. Ainsi, parmi les attributions des coordonnateurs, la contribution au rayonnement du réseau et à la mobilisation des régions dont ils sont responsables, la diffusion de l’information et le recueil des besoins des membres à travers l’identification de points focaux, la coordination des actions réalisées par le réseau au profit de leurs zones à travers l’identification de points focaux.

Les coordonnateurs seront tenus de rendre compte de leurs activités à l’assemblée générale du réseau.

  1. La formation des formateurs :

Le réseau devra concevoir des formations de formateurs et œuvrer pour que les formations soient accréditées. Une commission devra être constituée à cet effet pour travailler sur les référentiels et les standards de labellisation reconnus à l’échelle internationale.

  1. Le statut des membres du réseau et code déontologique:

Le réseau doit élaborer le statut des membres et réfléchir par conséquent sur les critères d’adhésion et définir une typologie des membres (membre permanent, membre observateur, …). Un répertoire des membres du réseau est également nécessaire pour la diffusion de l’information. Une réflexion sur l’établissement d’un code déontologique pour le respect d’éthique entre les membres devra être menée.

  1. Evaluation et suivi :

Le réseau doit assoir les mécanismes d’évaluation en plus des bilans d’étape pour réadapter ses objectifs et son plan d’action aux évolutions et aux changements et améliorer son offre pour satisfaire de manière précise les besoins de ses membres.

 

  1. La dynamisation du site web :

Le site web étant un outil incontournable de la communication institutionnelle permettant le renforcement de la visibilité de l’institution, il est important de le mettre à jour et d’assurer sa dynamique. Aussi, le PSFFP, en sa qualité d’administrateur du site internet de la CIFP, veillera à son actualisation.   

II./ Les actes de la CIFP2017

Les actes de la Conférence des Instituts des Finances Publiques d’Afrique tenue les 21, 22 et 23 novembre à Marrakech ont fait l’objet de discussion par les coordonnateurs qui ont émis des remarques qui seront prises en compte dans l’élaboration de la version finale. Les coordonnateurs ont convenu que les actes soient finalisés et imprimés vers la fin du mois de mai 2018.

 

III./ La CIFP 2018

Le calendrier, le format, la thématique, financement, le déroulé et certains aspects de la logistique ont été discutés.

Calendrier : 1ère semaine du mois de décembre 2018

Format :

Jour 1

9h-10h

Ouverture en présence du ministre des finances tunisien

11h-14h

Atelier de travail sur la vision stratégique et le plan d’action 2019-2021

Départ pour Tozer

Jour 2

Matinée

Ateliers

Après-midi

Ateliers

Jour 3

Matinée

Restitution des ateliers

Après-midi

Retour à Tunis

Thématique : Les instituts des finances au cœur des réformes budgétaires

Ateliers de travail : Le rôle des instituts des finances publiques dans l’accompagnement du changement

                                  Le rôle des instituts des finances publiques dans le processus de décentralisation

                                  La prise en compte de la dimension genre dans les programmes de formation

Financement : PNUD, ONU Femmes, CEMAC, UEMOA,…

    Il a été convenu d’envoyer les lettres aux ministres des finances des pays membres et non membres pour annoncer l’événement.

 

 

 

 

  1. Partenariat IDF/PSFFP/ENAREF

Un accord-cadre de partenariat a été signé entre l’IDF, l’ENAREF et le PSFFP pour la conception et la mise en œuvre d’un Master en Partenariat Public Privé.

 

Les coordonnateurs ont été reçus par le Directeur Général de l’Agence Marocaine de Coopération Internationale et le Directeur des Affaires Africaines du Ministère des Affaires Etrangères et de la coopération Internationale qui ont tous les deux manifesté leur soutien au réseau et ont confirmé leur disponibilité à apporter l’aide nécessaire à la réalisation des actions prévues.